« Il n’y aura plus d’amour heureux »

C’est le poème de Louis Aragon « Il n’y a pas d’amour heureux », écrit en janvier 1943 et publié, en 1944, dans le recueil « La Diane française » qui a inspiré Annie.

Aragon a écrit ce poème à Lyon, chez un ami, lui aussi poète et résistant, René Tavernier, qui le cachait, ainsi qu’Elsa Triolet, pendant l’Occupation. Aragon y exprime sa conception de l’amour comme un absolu inaccessible. Il y fait également de nombreuses références à la Résistance, notamment dans la dernière strophe.

Ce poème, amputé de sa dernière strophe et ayant fait l’objet de changements mineurs, est mis en musique et enregistré par Georges Brassens en 1953. Aragon estimait que cette amputation était un contresens qui changeait toute la signification de son texte, poème de résistance et non simple chanson d’amour. Catherine Sauvage l’enregistre en 1955, en réintégrant la strophe amputée. La chanson a été reprise par de nombreux autres artistes : Barbara, Hugues Aufray, Nina Simone, Françoise Hardy, etc. 

✍🏻✍🏻✍🏻✍🏻

Il n’y aura plus d’amour heureux

par Annie Lamiral

Elle aime les ailes des voyelles

Elle aime les consonnes qui résonnent

Elle aimerait lui écrire mille mots d’amour 

Couleur de lait et d’insolence

En toute innocence

En toute insouciance 

Il est trop tard

Au front, la mort l’a emporté

Elle va des mots tresser

Pour lui chanter ses larmes

Elle va des mots tresser

Pour dire « À bas les armes ! »

=== La photo représente une barrette en cuir bouilli que portaient autrefois les mineurs de fond, les gueules noires. Pour qu’elle soit stable, le mineur la faisait tenir grâce à une coiffe de tissu, appelée béguin, qui recouvrait toute sa chevelure. Cette barrette a été offerte à Aragon par des mineurs, suite à son combat, son engagement pour leur cause.

Petit rappel : 

Au lendemain de la Libération, les mineurs qui ont fortement participé à la résistance à l’occupant, puis durement travaillé pour retrouver et dépasser les niveaux de production d’avant-guerre, ont le sentiment de ne pas voir leurs efforts récompensés, ne serait-ce que par un salaire suffisant. Ils déclenchent une grève en 1948. 

La solidarité s’organise. Les intellectuels proches du PCF se mobilisent dont Aragon qui publie plusieurs articles engagés sur la lutte des mineurs dans le journal Ce Soir. Suite à ces publications militantes, il sera privé de ses droits civiques pour délit de presse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :