« Un amour en été »

Dernier « Mensonge » de la série. Il est signé par Annie qui nous embarque près d’une héroïne qui succombe aux clichés des années 1980. Alors que tout marche bien, une faille apparaît. On ne vous en dit pas plus ! C’est une surprise ! Bonne lecture !

Un amour en été

Mombasa,1986. 

Il fait affreusement chaud. Caroline passe ses journées à l’ombre, au bord de la piscine à lire et à se baigner. Une semaine de farniente après quinze jours d’un safari mythique : Tsavo, Amboseli, Masaï Mara. Quel bonheur de voir en vrai les images de « Out of Africa ». Quelle chance de croiser le chemin des Big Five : rhinocéros, éléphants, buffles, léopards, lions. Jamais elle n’oubliera la migration de gnous, les milliers de flamants roses du lac Nakuru, notre 4 x 4 en panne, au beau milieu de la brousse. Et, puis, Kuntaï, l’enfant Masaï, qui lui a offert un petit bracelet en perles rouges, jaunes et blanches pour la remercier de lui avoir donné un stylo bille. 

Le soir, Caroline retrouve Julien au bar. Un jeune chirurgien à la Pitié-Salpêtrière, beau comme un dieu. Il passe ses journées à s’adonner à ses passions, le surf et la plongée. Après dîner, ils savourent ensemble de délicieux cocktails. Puis, ils dansent. Encore et encore. Sur la musique de Michael Jackson, de Queen ou des Bee Gees. Pour eux, c’est tous les jours la fièvre du samedi soir. Ils finissent la soirée à la plage à s’enlacer et à s’embrasser jusqu’au coucher du soleil. Caroline délaisse sa chambre pour celle de son nouvel ami. Nuits de folie. 

Au matin du dernier jour, Julien lui apporte le petit-déjeuner au lit. « … Et, si on se mariait ? », dit-il, le cœur gai, entre deux gorgées de café. Caroline est folle de joie, elle qui ai fêté, l’an dernier, Sainte-Catherine et désespérait de trouver l’âme sœur. Et c’est ici, à 10.000 km de Paris, qu’elle enfin rencontré l’Amour avec un grand A ! Dans l’avion du retour, elle imagine déjà comment annoncer la bonne nouvelle à mes parents. Ils seront si heureux que la famille s’agrandisse. Julien est là, assis à côté d’elle. Il parle, il parle. Cela fait si longtemps que cela ne lui était arrivé d’être fou amoureux. Sa dernière histoire d’amour remonte à plus de deux ans. Il lui explique où il habite. Un duplex avec vue sur le Jardin des Plantes. Il promet qu’il viendra, dès demain, la chercher avec ses affaires. Que le week-end prochain, ils iraient à Cabourg, dans sa grosse berline allemande. Qu’il réserverait la chambre qu’habitait Proust au Grand Hôtel. Qu’ils auraient des enfants, deux, trois ou quatre… Caroline lui sourit, comblée. Bercée par ses douces paroles, elle s’endort paisiblement sur son épaule.

Un peu plus de deux mois que Caroline a emménagé chez Julien. La vie s’est vite organisée avec et sans Julien. Il est très pris par l’hôpital, de quoi rendre leurs retrouvailles toujours plus brûlantes. C’est un homme délicieux qui, malgré son boulot sans horaire, trouve toujours le temps de lui acheter un cadeau des plus délicieux. Un bijou de créateur. Un extrait de parfum. Un foulard d’une grande maison de couture. Julien lui a donné carte blanche pour la fête. Un vrai Prince charmant. Il dit toujours oui, ou presque. Il lui a juste fait promettre de ne pas ouvrir son courrier, ni de rentrer dans son bureau, mis à part pour y passer l’aspirateur.

J-1. Demain, ce sera le plus beau jour de sa vie ! Julien vient de lui envoyer un SMS. Il rentrera plus tard, un patient à gérer d’urgence, mais sûr il serait à la mairie à onze heures. Caroline se fait couler un bain. En attendant, elle ouvre la montagne de courriers : des cartes de félicitations des amis qui ne pourront venir à la cérémonie, le reçu d’acompte du traiteur, la facture du fleuriste et encore et encore des lettres… Des lettres adressées à Julien qu’elle vient d’ouvrir par erreur ! Le monde s’écroule. Il y a des résultats d’analyses de recherche en paternité, des courriers d’avocats… Elle sent que c’est dans le bureau … interdit… qu’elle trouvera les pièces manquantes au puzzle. Dans les  heures qui suivent, elle découvrira aussi un album avec une dédicace « A Julien, mon amour pour toujours », signée Valérie suivi d’un petit cœur. Caroline le feuillette. Elle est en larmes en voyant les photos du couple souriant à Paris, Londres, Venise. Et, puis, il y a cette photo prise à Pâques où Julien caresse le ventre rebondi de la même Valérie ! Caroline se ressaisit et reprend son exploration. Dans un tiroir du bureau, elle découvre une facture d’accouchement au nom d’une patiente, dénommée Valérie Sauger. Caroline est sonnée. Déboussolée. Les idées se bousculent dans sa tête. Bon, résumons : Julien a eu une aventure avec une certaine Valérie et un enfant vient de naître. De toute évidence, il refuse d’en assurer la paternité. Pourquoi cache-t-il cette réalité ? Pourquoi ce mensonge par omission ? Et, si elle allait le voir à l’hôpital pour lui demander des explications ? Ils pourraient alors décider ensemble de se marier ou pas ? Et, si…

Samedi 27 mai. 11 heures du matin. Salle des mariages de la mairie de Bois-Colombes. Caroline, en pull, jean et baskets, se dirige à grandes enjambées vers la table de cérémonie en brandissant une liasse de papiers à la main. L’assemblée se fige. Se sentant pris au piège, Julien cherche à fuir. Caroline l’arrête et lui lance toute la paperasse au visage en hurlant : « T’es minable, Julien ! Tu viens d’avoir un enfant d’une autre femme. Pourquoi tu me l’as caché ! Ben, tu veux que je te dise, Julien… C’est moi maintenant qui suis enceinte… de toi ! » Caroline est prise d’un rire nerveux… Le menteur est enfin rattrapé par son passé !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :