« Il est cinq heures »

Sans l’ombre d’une hésitation, Carole a décidé de réinterpréter un tube des années 60. Bonne lecture de sa version 2021 !

Il est cinq heures

Le réveil hurle sa mélodie

J’ouvre mes yeux endormis

Il est cinq heures

Je feins de l’ignorer

Pourtant je dois y aller

Il est cinq heures

L’odeur du café achève de me réveiller

Et donne un sens à ma journée

RTL annonce en matinale

Les informations gouvernementales

Le confinement sera prolongé

Une galère pour les déprimés

Le port du masque est une corvée

Même s’il sert de cache-nez

Dehors le temps est glacé

Mon manteau peine à me protéger

Dans le bus des passagers dispersés

Tous énervés ou préoccupés

Les lampadaires restent allumés

Le jour peine à se lever

Il est cinq heures

Porte d’Orléans est embrumée

Les passants sont enrhumés

Du périphe les voitures sont jetées

Les phares encore allumés

Une ambulance file aux urgences

Le gyrophare rythme la cadence

Les éboueurs disciplinés

Ramassent les feuilles échouées

Les carreaux des voitures sont embrumés

Les passants ont la goutte au nez

J’imagine déjà ma journée

Les couloirs à cavaler

La Porte d’Orléans est endormie

Seuls les éboueurs ramassent les feuillies

Le boulanger offre avec bonté

Ses gourmandises pleines de volupté

Certains sont au café

La mine encore embrouillée

J’arrive à Denfert

Le métro s’arrête…

C’est le début de la galère

Il est plus de six heures

Je ne suis pas prête d’arriver !

Et ça m’énerve !!

Au sujet de la chanson originale  « Il est cinq heures, Paris s’éveille « 

Jacques Wolfsohn, du label Vogue, propose, après un repas avec Jacques Lanzmann et Jacques Dutronc, de faire une chanson sur le thème de « Paris le matin ». Lanzmann et Dutronc commencent à l’écrire le soir même et l’achèvent aux aurores. Anne Ségalen, à l’époque épouse de Lanzmann, a également participé à la rédaction des paroles. Jacques Dutronc compose la musique, mais trouve comme Lanzmann les arrangements un peu plats. Roger Bourdin, un flûtiste classique qui travaillait dans le studio à côté du leur, improvise alors un solo de flûte. En une seule prise, la version est la bonne ! Le 27 mars 1968, Jacques Dutronc chante  » Il est cinq heures, Paris s’éveille « . 

Cette chanson reflète parfaitement un certain « air du temps » avec son orchestration résolument rock et ses textes ironiquement contestataires, comme  » Fais pas ci, fais pas ça « ,  » On nous cache tout, on nous dit rien « . Nous sommes en mars. Deux mois plus tard, éclatent les émeutes de mai 68.

Les paroles sont inspirées de la chanson « Tableau de Paris à cinq heures du matin » écrite en 1802 par Marc-Antoine-Madeleine Désaugiers. En mai 1968, le détournement des chansons populaires est à l’honneur, les textes révolutionnaires se substituant aux paroles d’origine.

Écouter Jacques Dutronc (source INA)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :