« Les cœurs confinés »

D’octobre à décembre, À Mots croisés propose, à l’invitation de la Médiathèque Louis-Aragon, des rendez-vous d’écriture en visio pour adultes.

Mercredi dernier, Carmen, Christophe, Denis, Sylvie et Youmna ont participé avec enthousiasme à l’animation, en lien avec la 30e Fête de la Science, placée cette année sous le thème « Eurêka ! L’émotion de la découverte ».

A partir de propositions d’écriture destinées à ouvrir leur imaginaire, ils sont entrés dans la narration construite autour d’une situation en relation avec la science ou la technique (une panne d’ascenseur, une éclipse, un test de grossesse, etc.) qui va déclencher chez le (ou les) personnages une ou plusieurs émotions. Leurs récits – que nous partagerons au fil des prochains jours- font la part belle à la peur, la tristesse, la joie, la surprise, la colère, le dégoût aussi bien qu’à la fierté, l’anxiété, la honte, le mépris, l’ anxiété, l’envie, la jalousie, la confiance, la culpabilité…

Cette séance, accompagnée par Annie, a permis aux participants de découvrir le plaisir d’écrire, dans un cadre bienveillant. 

Nous vous invitons maintenant à lire l’histoire sensible et touchante de Christophe K.

« Les cœurs confinés »

Il fait sombre dans sa chambre. Il y règne un silence pesant entrecoupé par sa respiration lente et monotone. Rien ne bouge, rien n’illumine son visage. Elle regarde par la fenêtre des feuilles jaunies qui virevoltent dans le vent et laissent deviner l’automne qui s’installe. Lassitude.

Dans ce quotidien morne et confiné, elle refait chaque jour le même rituel. Elle se lève de son lit, arrange avec soin sa tenue froissée et passe délicatement sa main sur ses cheveux fatigués. Elle regarde dans le miroir pour se faire belle. L’attente.

Toujours la même question l’obsède : Viendront-ils ou ne viendront-ils plus ? Son dernier combat est un combat contre l’absence qui tue. Elle se languit d’une caresse de la part de ceux qui lui sont chers. Elle souffre de ce trop-plein d’amour qui a traversé toute son existence et qu’elle voudrait leur dire encore une fois en face. L’urgence.

Chaque fois que la porte s’ouvre, son cœur se met à battre très fort. Est- ce le moment tant désiré ? Aujourd’hui, un jeune homme en blouse blanche entre et lui demande avec indifférence dans la voix : « Voulez-vous recevoir la 3ème dose du vaccin ? ». Elle s’effondre en larmes, inconsolable. La souffrance.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :