« La vie d’une fille d’aujourd’hui »

C’est aujourd’hui Francine qui va vous raconter un « Biographème » , un récit « couleur sépia » avec un personnage très attachant. Bonne lecture !

La vie d’une fille d’aujourd’hui

Moi

Bébé potelé de 3 kg 200, je suis née en juin dans une famille d’ouvriers : les Magellan. Je suis devenue leur rayon de soleil, leur raison de se battre pour me donner une vie meilleure.

Maman

Tous les matins, Maman me prépare mon petit déjeuner. Café au lait ou plutôt du lait teinté d’un peu de café, fumant dans mon bol ramené de vacances passées en Bretagne chez ma grand-mère. Mon prénom écrit en lettres rondes et bleues : Marie-Louise.

Papa

Chaque jour de la semaine, Papa rentre à la maison fourbu par son travail de préparation de plâtre, rebouchage avec de l’enduit, ponçage, peinture des murs. Il a lu son journal pendant son transport en métro. Une fois à la maison, il aime me prendre dans ses bras, me chanter une chanson ou me raconter une histoire en attendant l’heure du dîner.

Grand-mère

Pendant les vacances scolaires, mes parents m’envoient au grand air, l’air de la campagne bretonne, chez ma grand-mère. Elle me prépare sa fameuse potée et je me régale. Le matin, le chant de sa perruche me réveille. La journée je l’aide dans le jardin et je cours à travers champs. Je fais aussi des balades sur un vélo de récupération.

Les copines

Toutes, nous rêvons de devenir des « DAMES », avec de belles robes, bien maquillées, faisant du shopping dans les beaux quartiers et boire un café sur une terrasse. Notre principale conversation dans la cour de récréation, c’est la mode.

Maman et Papa

J’aime le dimanche. Maman fait sa tarte tatin. Elle est toujours délicieuse. Malgré la fatigue de sa semaine de travail dans la blanchisserie de Monsieur Rochon, elle se lève plus tôt pour la préparer avec amour. Après le repas dominical, Papa nous emmène faire une promenade en barque et nous offre une glace que nous dégustons en nous promenant dans les allées du Parc des Buttes Chaumont.

La perruche

Une lettre de grand-mère est arrivée au courrier de ce matin. Jeudi dernier, sa perruche est morte. Grand-mère est triste, des gouttes de larmes tachent sa lettre. Moi aussi je suis triste.

Les copines de travail

Pendant toutes ces heures penchées sur notre ouvrage (robe de soirée, robe de cocktail, tailleur de jour ou robe de mariage), nous discutons de choses et d’autres. Nous avons de grandes crises de fou rire. Nous nous soutenons aussi quand nous avons des problèmes. En fin de journée, nous prenons ensemble le métro pour rentrer chacune chez nous. En fin de semaine, nous nous retrouvons autour d’un verre sur une terrasse de café. Parfois, nous allons au cinéma voir le dernier film américain. Nous aimons aussi ceux de Jean Gabin, Brigitte Bardot ou un bon Fernandel.

Hippolyte

Sur le quai du métro Belleville, un beau jeune homme entame la conversation avec moi. Je ne suis pas farouche et il me plaît bien. Il me fait rire. Nous avons pris rendez-vous pour samedi soir. J’ai hâte.

Les parents

Ils ont deviné que je suis amoureuse. Ils ne me disent rien, mais je vois bien leurs coups d’œil et leurs petits sourires quand je leur raconte que je sors avec des copines.

Re Hippolyte

Aujourd’hui c’est un jour important. Hippolyte vient chez nous. Il a mis les gants blancs. Il est nerveux. Moi aussi.

Re les parents

Papa est rouge de joie. Le charmant jeune homme que fréquente sa fille chérie vient lui demander sa main. Et avec les gants blancs, dans la tradition. Maman n’arrête pas de rentrer et sortir de sa cuisine, les larmes au bord des yeux. Un grand sourire illumine son visage.

Re grand mère

Grand-mère est sortie de sa Bretagne pour une semaine à Paris. Elle dort dans mon lit, moi sur un matelas sur le sol de ma chambre. Je suis contente qu’elle soit venue pour mes fiançailles. Elle a repris une nouvelle perruche pour se sentir moins seule.

Re Moi

C’est le grand jour, le jour de mon mariage. j’ai la robe que mes copines de travail m’ont confectionnée. Elle est courte et toute en dentelle. Mon voile est court aussi, il m’arrive aux épaules. Il fait soleil en ce mois de juin. Hippolyte est en costume gris et chemise à jabot. Il est magnifique. Papa bombe le tort de fierté. Maman court partout pour s’occuper de tout le monde.

Les nouveaux parents

Deux jolis poupons de 2 kg 600 et 2 kg 300 sont nés de notre amour. Hippolyte et moi sommes de nouveaux parents de jumeaux. Mes parents sont venus à la maternité. Ils sont gagas devant leurs petits-fils. Grand-mère est venue, malgré son âge, avec les bols bretons avec leurs prénoms : Thierry et Christophe.

Thierry et Christophe

Mes fils viennent d’avoir leur bac. Thierry avec la mention Bien. Christophe au rattrapage. Je me rappelle leur première entrée à l’école primaire. Que le temps passe vite. Demain, je vais les inscrire à l’auto-école pour leur permis de conduire.

Re moi

Je suis très triste. Après plus de 50 ans de mariage, Hippolyte m’a abandonnée. Comme l’ont déjà fait ma grand-mère et mes parents qui sont partis depuis déjà plusieurs années. Mes fils m’entourent de leur amour avec leur famille. Bientôt je vais retrouver, dans le paradis blanc, tous mes chers disparus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :