« Funambule »

Poursuivons les récits imaginés,  lors de l’atelier « À vos marques, prêts, partez ! », par celui de Anne que nous conseillons fortement de lire, assis.e, bien tranquille, chez soi… Vous êtes prévenu.e !

✍🏻✍🏻✍🏻✍🏻✍🏻

Funambule

Refaire le chemin inverse du début de soirée.
Il ne lui paraissait pas si long.
Les minutes s’égrènent,
Les secondes s’enchaînent.
Il ne reste plus que 5 minutes.
Il va falloir se mettre à courir
Le temps a pris une autre couleur,
Le temps a un autre tempo.
Il double un couple pour qui le temps s’est arrêté.
Il va falloir accélérer.
Il ne reste plus que 3 minutes
La ville lumière semble se vider de ces humains à pieds.
Il sera bien assez tôt pour repenser à la soirée !
Courir, courir et surtout ne pas s’arrêter.
Il sent progressivement le sang à ses tempes monter
C’est le prix à payer pour avoir voulu jusqu’au bout prolonger la soirée.
Deux minutes
Dévaler à toute vitesse les interminables escaliers
Sentir cette odeur infâme l’envelopper.
Quelle que soit l’heure, il ne s’y fera jamais
Il entend sans le voir arriver
Le crissement des rails et du fer.
Le voilà sur le quai.
Il court, il court ;
Ça y est, il y est
Il est dans le dernier RER !!
Sièges bleus, sièges rouges
Il a le choix pour s’installer.
Le début de nuit a fait son effet.
En face de lui, une femme, regard dans le vague, imprégnée de ses pensées Dont il ne peut saisir la portée.
Plus loin, deux ados qui scannent les sorties, les entrées.
C’est l’heure cendrillon, où après l’espoir d’une soirée chargée de promesses et de défis tombent les barrières et percent les émotions.
Il aime ces doux moments où flottent les différentes folies qu’il se plaît à observer.
Il aime cette folie funambule qui oscille entre rêve et réalité
C’est l’heure où éclosent les regards, fenêtres ouvertes sur des vies qu’on n’aurait pas soupçonnées.
Ces vies sortant de l’indifférence et du tumulte pour qui sait s’attarder.
C’est l’heure de toutes les possibilités où sa vie du bon ou du mauvais côté peut basculer.
C’est l’heure où la nuit peut te donner l’illusion d’une nouvelle identité.
Un regard le sort de ses pensées.
Une jeune femme, brune et sombre le dévisageait :
Attraction magnétique.
Le temps s’est arrêté.
Une sonnerie retentit comme un déclic.
Pour le meilleur ou pour le pire, il a raté son arrêt.

=========

Illustration : @al1brm sur  Instagram

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :