« Ma chère Jacqueline »

Commençons les récits « Monologues » concoctés par nos écrivants avec celui d’ Annie. Elle s’est inspirée d’un dessin de Sempé où l’on peut voir deux hommes en maillot de bain en train de discuter en bord de mer, les pieds dans l’eau (voir illustration ci-dessus).

Retrouvez en caractères droits, le monologue de Jean-Marc ; en italiques, le monologue intérieur de son copain, Bertrand.

Bonne lecture !

✍🏻✍🏻✍🏻✍🏻✍🏻

Ma chère Jacqueline

Jean-Marc : Toi ici ? Mais qu’est-ce que tu fais là, Bertrand ? Vous êtes arrivés aujourd’hui ? Comment va ? Quoi de neuf depuis l’été dernier ? 

Bertrand : Zut ! Moi qui croyais être seul dans cette crique ! Faut que je tombe sur Jean-Marc ! 

Jean-Marc : T’as fini de repeindre ta maison ? Et les volets, alors ? Tu les as faits, verts ou rouges ? Dans les chambres, j’parie que t’a mis des papiers peints comme elle voulait ta femme ! 

Bertrand : Toujours aussi bavard ! Il fait les questions et les réponses, comme d’hab’! Je peux pas en placer une ! La maison ? Elle est en vente. Pas la peine de la repeindre, m’a dit l’agence. L’acheteur le fera. Quoi, ma femme ? S’il savait ! Je lui dis ou je le laisse déblatérer ??

Jean-Marc : Au fait, je l’ai pas encore vue ta femme ? A peine arrivée que déjà elle court les magasins au lieu de venir profiter de la plage ! C’est fou le nombre de fringues qu’elle apporte ici, tous les ans ! Elle en a pas assez ? C’est comme sa collection de maillots de bains ! Vraiment dingue ! Je sais pas comment tu fais pour la supporter ! Elle a les mains percées et te mène à la baguette ! Te laisse pas faire, mon pote ! Bon, en même temps, je dis cela, mais je dis rien. 

Bertrand : Allez, vas-y, Jean-Marc ! Toi, t’es fort, Monsieur LE célibataire du camping  ! Tu vas en tirer une tronche quand tu sauras. Oui, ma chèèère, ma très chèèère Jacqueline a passé l’arme à gauche aux Galeries Lafayette ! Crise cardiaque alors qu’elle était en train de faire la course aux cadeaux de Noël ! Du coup, j’ai dit à tout le monde que j’avais pas le moral et moi, j’ai rien acheté ! 

Jean-Marc : Bon, il commence à faire frisquet. Allez, je te laisse ! Je vais faire trempette ! Je rentre au camping par la mer ! On se retrouve à l’apéro ? 

Bertrand : J’avais oublié… Toujours prêt à picoler ! Ha ha ! Il sait pas encore … On trinquera à mon dernier été au camping des « Flots Bleus » ! On se verra plus, Jean-Marc ! T’es tellement chiant ! L’ an prochain, moi, ce sera croisière dans les Cyclades. J’ai plein de sous maintenant que Jacqueline est plus là ! A moi la belle vie ! 

——-

Crédit illustration : Jean-Jacques Sempé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :