« Histoires d’objets : De Murano à Bagneux »

Poursuivons la mise en ligne des « Histoires d’objets », imaginées lors de l’animation des Journées européennes du Patrimoine 2022 ! Aujourd’hui, le récit de Claire pour qui l’écriture en groupe est une première. D’habitude, elle écrit pour elle. Bonne lecture !

« De Murano à Bagneux » par Claire

C’est un objet en verre, tout usé. Il mesure quinze centimètres de long, trois de large, sept de haut. Il est lisse, usé, certainement par les vagues causées par la circulation des bateaux dans la lagune vénitienne. Il est transparent avec une veine verte. Il représente un cheval ressemblant à une licorne. Ses pattes ont à peu près disparu. Il est aujourd’hui dans ma bibliothèque à Bagneux. 

J’y suis très attachée même si – ou parce que –  c’est une ordure. Il ne me servait à rien. Juste à décorer. A décorer sûrement un appartement de Murano, cette île proche de Venise, célèbre dans le soufflage du verre et du cristal. J’avais passé là-bas une journée, lors d’un voyage en couple d’une semaine, entre Venise et Florence. Un hiver des années 80. Il faisait très beau ce jour-là, nous étions jeunes et très amoureux. Est-ce possible de ne pas l’être quand on décide de se rendre en couple à Venise ? Je souhaitais visiter Murano principalement afin de trouver des cadeaux pour nos deux sœurs dont l’anniversaire tombait peu de temps après notre retour à Paris. 

Arrivés sur l’île en vaporetto, nous avons été stupéfaits par la quantité de boutiques de verrerie. Elles se touchaient d’un bout à l’autre de l’île. Nous en avons visité un grand nombre avec la ferme intention de rapporter au moins deux objets. Cependant, sans même se montrer difficile ou snob, nous n’avons pu en acheter aucun. Nous assistions à un festival de mauvais goût, voire pire. Très déçus, nous sommes retournés en fin de journée à la station de vaporetto pour rentrer à Venise. Alors que nous attendions, je vis un objet, à la sortie d’un égout, qui brillait dans le soleil couchant. J’allais le récupérer et ai découvert ce cheval-licorne avec émerveillement. Dans cet endroit fait pour aguicher les touristes, le seul bel objet s’avérait être une ordure ! Je ne pouvais en chercher un deuxième pour honorer mes deux sœurs. Je ne leur ai rien offert et j’ai gardé l’objet !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :