« Mireille »

Démarrons notre récit choral « La Veuve Joyeuse » avec Christine qui nous présente le personnage principal de « Mireille » !

« Mes chéris, je suis très heureuse de vous accueillir aujourd’hui.

Comme vous le savez, le départ de votre grand-père m’a d’abord bouleversée, puis il a fallu faire face et prendre en main la succession. J’ai vite réalisé que cet homme que toute la famille respectait, craignait même, m’avait en fait beaucoup brimé. Sous ses airs attentifs, patients, il se montrait avec moi, rigide, exigeant, avare aussi bien financièrement que sentimentalement.

Il insinuait toujours que mes dépenses étaient injustifiées et fantaisistes. Il me demandait plus de rigueur et contrôlait tous mes faits et gestes. Je faisais malgré tout bonne figure et finissais par ne plus prendre aucun plaisir dans la vie. Je n’avais pour mission que le comptage, des courses et dépenses en tous genres, afin de ne pas dépasser les limites qu’il fixait et qui se rétrécissaient au fil des années. Je réalise aujourd’hui que je vivais dans un étau asphyxiant où j’allais probablement étouffer s’il n’avait pas eu la bonne idée de quitter ce monde qu’il aimait si peu !

Enfants, vous avez sans doute perçu les tensions entre nous, même si j’essayais de ne laisser rien paraître. Votre père et grand-père était un homme d’une radinerie maladive qui a passé sa vie à épargner. Le comble c’est qu’aujourd’hui je vais devoir lui être reconnaissante ! D’après le notaire, je suis comblée. Henri est parvenu à construire une situation financière plus que confortable, avec des assurances vie et une pension de reconversion très satisfaisante.

Mes enfants, je suis donc aujourd’hui, pleine aux as !!! Je vais enfin pouvoir profiter de la vie et « lâcher prise » comme on dit dans le jargon branché actuel ! Je me sens libérée et je vais partir, voyager, parcourir le monde et rencontrer d’autres cultures, d’autres façons de penser l’existence. C’est comme une renaissance pour moi.

Je vous propose de trinquer tous ensemble ! Vous avez du champagne, du vin sec ou moelleux, rouge, rosé ou blanc…  Le majordome va vous conseiller et vous servir. »

Un homme vêtu comme ces serveurs de brasserie au chic parisien, entre dans la salle à manger et sert délicatement les convives en fonction de leurs préférences.

« Tout le monde est prêt ? Mes enfants, célébrons cette nouvelle vie qui s’annonce. Je n’ai jamais été aussi heureuse. Trinquons mes chéris ! Je vous souhaite à tous le bonheur que vous méritez après avoir supporté des parents et grands-parents tels que nous. A partir d’aujourd’hui, vous n’aurez plus à vous soucier de moi. Mais, Marc, tu ris ou tu pleures mon chéri ? Toi, ma fille, tu as l’air d’apprécier le bonheur de ta mère… mais de manière modérée ! »

Moi qui pensais que mes enfants manifesteraient leur joie à cette annonce ! Marc et Chantal sont peu expansifs, mais ma bru semble totalement excitée sur sa chaise. On la sent prête à hurler et à quitter l’assemblée, malgré le sourire hypocrite qu’elle déploie toujours en ma présence. Et Marc qui ne dit rien, buvant son champagne du bout des lèvres. Il n’y a que le petit qui a l’air content de la nouvelle. Il faut dire que Sergio lui a proposé un grand verre de Coca. Sa mère s’oppose et j’interviens, sans retenue cette fois. Fini de s’écraser !!! « Chantal, ça suffit, tu laisses Timothée ; c’est mon invité. Il a droit à un Coca de temps en temps, surtout aujourd’hui. Je vous rappelle qu’Henri n’est plus là. Détendez-vous, je vous prie ! Délicieux ce champagne, vous ne trouvez pas ? Et comment sont les vins, tous des grands crus, vous avez remarqué ? Nous n’avons jamais si bien bu dans cette maison !! J’ai une autre surprise pour vous. Le plat traditionnel n’est plus d’actualité ! »

« Vous pouvez apporter la suite, s’il vous plaît ? » Foie gras, médaillons de foie de volaille, langoustes, suivi d’un tajine de légumes. « Vous allez apprécier. Ce traiteur est vraiment divin. Quand je pense que je passais devant sa boutique depuis tant d’années sans jamais y avoir goûté !! Il me livre désormais mes repas, quotidiennement. C’est un régal ! »

Cela n’a vraiment pas l’air de plaire à Sylvie. Quelle peste celle-ci…

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :