Exercices de style

Vous connaissez les « Exercices de styles » de Raymond Queneau ?

Ce livre singulier raconte 99 fois la même histoire, de 99 façons différentes. C’est un brillant exemple d’une contrainte littéraire en tant que moteur créatif et constitue à ce titre un texte précurseur du mouvement Oulipo dont Raymond Queneau sera l’un des fondateurs.

Virginie, l’animatrice des ateliers d’écriture A Mots croisés, nous propose d’expérimenter les contraintes littéraires comme source de créativité. A tester par exemple l’impact de l’utilisation du futur sur un texte originellement rédigé au présent ou de la forme exclamative sur un récit narratif à l’origine. Elle invite les écrivants à rédiger une histoire anodine, puis à la ré-écrire dans un style poétique ou métaphorique, à la transformer en une lettre officielle, en anagrammes, ou bien encore à la rédiger en utilisant uniquement des phrases négatives.

Kawtar, Christine, Anne, Francine, Laurent et Annie vous présenteront, dans les jours à venir, leurs exercices de style.

===/===
L’histoire de Raymond Queneau
Le narrateur rencontre dans un bus un jeune homme au long cou, coiffé d’un chapeau mou orné d’une tresse tenant lieu de ruban. Ce quidam échange quelques mots assez vifs avec un autre voyageur, puis va s’asseoir à une autre place. Un peu plus tard, le narrateur revoit le même jeune homme cour de Rome devant la gare Saint-Lazare en train de discuter avec un ami qui lui conseille d’ajuster (ou d’ajouter) un bouton de son pardessus.
Quelques exercices de style

L’arc-en-ciel
Un jour, je me trouvai sur la plate-forme d’un autobus violet. Il y avait là un jeune homme assez ridicule : cou indigo, cordelière au chapeau. Tout d’un coup, il proteste contre un monsieur bleu. Il lui reproche notamment, d’une voix verte, de le bousculer chaque fois qu’il descend des gens. Ceci dit, il se précipite, vers une place jaune, pour s’y asseoir.
Deux heures plus tard, je le rencontre devant une gare orangée. Il est avec un ami qui lui conseille de faire ajouter un bouton à son pardessus rouge.

Précisions
Dans un autobus de la ligne S, long de 10 mètres, large de 2,1, haut de 3,5, à 3 km 600 de son point de départ, alors qu’il était chargé de 48 personnes, à 12 h 17, un individu de sexe masculin, âgé de 27 ans 3 mois 8 jours, taille de 1 m 72 et pesant 65 kg et portant sur la tête un chapeau haut de 17 centimètres dont la calotte était entourée d’un ruban long de 35 centimètres, interpelle un homme âgé de 48 ans 4 mois 3 jours et de taille 1 m 68 et pesant 77 kg, au moyen de 14 mots dont l’énonciation dura 5 secondes et qui faisaient allusion à des déplacements involontaires de 15 à 20 millimètres. Il va ensuite s’asseoir à quelque 2 mètres 10 de là. 118 minutes plus tard il se trouvait à 10 mètres de la gare Saint-Lazare, entrée banlieue, et se promenait de long en large sur un trajet de 30 mètres avec un camarade âgé de 28 ans, taille 1 m 70 et pesant 71 kg qui lui conseilla en 15 mots de déplacer de 5 centimètres, dans la direction du zénith, un bouton de 3 centimètres de diamètre.
Négativités
Ce n’était ni un bateau, ni un avion, mais un moyen de transports terrestre. Ce n’était ni le matin, ni le soir, mais midi. Ce n’était ni un bébé, ni un vieillard, mais un homme jeune. Ce n’était ni un ruban, ni une ficelle, mais du galon tressé. Ce n’était ni une procession, ni une bagarre, mais une bousculade. Ce n’était ni un aimable, ni un méchant, mais un rageur. Ce n’était ni une vérité, ni un mensonge, mais un prétexte. Ce n’était ni un debout, ni un gisant, mais un voulant-être assis.
Ce n’était ni la veille, ni le lendemain, mais le jour même. Ce n’était ni la gare du Nord, ni la gare de Lyon, mais la gare Saint-Lazare. Ce n’était ni un parent, ni un inconnu, mais un ami. Ce n’était ni une injure, ni une moquerie, mais un conseil vestimentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :