« Les commères »

Quand Annie découvre les traits du personnage de Christine, elle ne tarde pas à imaginer cette brève rencontre mettant en scène Octavie ! Bonne lecture !

Les commères 

Arlette presse le pas, en voyant sortir de son immeuble, une silhouette qui lui est maintenant familière. Il faut qu’elle sache ! Sans même prendre le temps d’échanger les politesses d’usage, elle engage la conversation.

– Vous savez, vous, Madame Jesétout, qui est cette petite vieille qui passe en boitillant ? Là, sur le trottoir d’en face ? C’est curieux, tous les jeudis, elle va chez le fleuriste et rapporte, comme ce matin, des sacs pleins à ras bord. Quelle vaillante ! 

– Bien sûr, c’est Octavie, ma voisine de palier, depuis bientôt vingt ans ! Un petit bout de femme a-do-ra-ble. Imaginez… quand mon chat saute sur son balcon, elle a toujours mille caresses pour lui et bien sûr, quelques croquettes. Et, puis, c’est une véritable championne de mots croisés. Elle finit toutes mes grilles. Une culture impressionnante ! Moi, je l’aime bien ! 

En revanche, si vous saviez comment les enfants sont méchants avec elle. Sous prétexte qu’elle est toujours habillée en noir depuis la mort de son mari, et qu’il lui arrive de sortir avec son balai quand elle ne trouve pas sa canne, ils  racontent que c’est une sorcière ! Elle les maudit ces sales gamins avec sa voix caverneuse à faire trembler les vitres ! Pourtant, ils sont bien contents de la voir mettre des citrouilles partout pour Halloween. Vous avez compris qu’Octavie a la main verte, elle a transformé notre impasse en un véritable jardin. Magnifique de voir cela en plein Paris ! 

Mais, je ne vous ai pas encore tout dit… il se raconte un tas de drôles de choses sur elle. Il paraîtrait que le jour de ses six ans, elle entendait des voix lui dire de pousser son jumeau du huitième étage de la cage d’escalier. Elle l’a fait. Le pauvre enfant est mort, sur le coup ! Oui, vous avez bien entendu ! C’est la boulangère qui tient cette information de sa grand-mère ! Octavie est la huitième fille des Toque et maintenant, la dernière encore en vie de la fratrie. Il paraît qu’elle entre en contact avec les esprits de ses frères et sœurs – tout comme de ses parents – à chaque fois qu’elle jardine. Je vous raconterai… Maintenant, il faut que je file, sinon je vais être en retard chez le coiffeur ! On se reverra bien … maintenant que vous habitez aussi l’immeuble ! Au revoir, Madame Potin !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :