« Noir de jais »

Petit retour dans le temps avec le récit de Laurent qui a choisi de nous décrire, avec beaucoup de finesse, une photo ambiance Halloween !

Noir de jais

C’était un jour d’octobre, il s’annonçait pluvieux. Dès l’aube, des nuages chargés avaient foncé le ciel traversé de plumages ébouriffés. Une jeune fille, bien abritée, était attablée. Les lueurs matinales, basses et incertaines, caressaient sa teinte automnale énigmatique. Son visage, sous un voile de lumière tamisée, me subjugua. Je stoppai alors mon errance hasardeuse pour mieux la contempler. Derrière la vitre, je distinguais ses joues lisses et pâles, ses lèvres aux commissures estompées, son nez légèrement recourbé, son menton souple et son front plat. Les marques de sa peau étaient gommées. C’était le masque d’une demoiselle qui semblait froide et impérieuse. Le portrait d’une poupée fascinante, aux contours embués dans un décor assombri. Sa bouche était peinte en noir de jais. Des sourcils fournis surmontaient ses grands yeux bleu gris. J’y voyais le ciel tumultueux et exigeant de l’automne. Dans son regard, brillait une grande détermination. Sa longue chevelure brune, irisée de reflets bleutés, lui tombait jusqu’au milieu du dos. Elle avait repoussé quelques mèches en arrière et sa tête, légèrement inclinée, reposait sur le dos de sa main. Sa peau si pure semblait polie. Sur la table noire laquée, ses traits projetés miroitaient. Je n’osais imaginer l’émerveillement suscité par l’apparition d’un sourire sur sa figure soumise aux reflets saisonniers.

Un sourire envoûtant existait, énigmatique et significatif, vivant mais endormi. Et je guettais ce moment où il apparaîtrait sur le visage indécis de la fillette. Je voulais le surprendre. J’espérais, derrière la vitre embuée, que sa bouille s’illumine. Je voulais l’immortaliser pour de bon. Je tenais fermement mon appareil, à l’affût de ses traits radieux. J’entendais le bruissement plaintif des feuillages. De ma position, des parfums d’écorces humides s’échappaient de son buste droit. Dehors, des feuilles orange, emportées par les bourrasques, encadraient mon champ de vision.

Je choisis de corriger mon angle de vue. Les plis ravissants de sa chemise brune contrastèrent alors plus nettement avec le feutre du siège sur lequel elle se tenait assise, les jambes croisées. Un collier de plumes grises et soyeuses s’accrochait à son cou fin. L’âpreté de ma position m’imposa de m’avancer légèrement, de prendre le risque qu’elle me remarque. Bien heureusement, je réussis à me tenir discrètement à l’écart de sa vision et je gardai l’espoir photogénique de surprendre, à son insu, sa physionomie souriante.

C’est alors qu’une assiette rose, remplie de vers grouillants, lui fut servi. La jeune fille, impatiente, huma les vapeurs avec délice, puis se délecta d’une grosse cuillerée de lombrics gesticulants dans une sauce putride. Ce fut l’instant tant attendu. Ses yeux se plissèrent, ses joues rosirent, puis s’écartèrent. Des fossettes malicieuses s’invitèrent, traçant des rides inattendues et le réflexe si fabuleux illumina son portrait. Toute sa sensibilité explosa, harmonique et interrogative. Interprète des méandres capricieux du bonheur, elle laissa éclater avec grâce une énergie tenace. Elle annonçait la servilité de l’hiver qui approche. La boue insouciante allait refléter des charognes innocentes et les proies, se blottir sous leur tapis d’équinoxe. La créature déploierait son envergure discrète et suivrait les migrations de circonstance. Sa jeunesse annonçait le spectre des dormances opportunistes. Comme un souvenir de ma promenade fantasque, je pris le cliché de sa métamorphose endiablée au moment où un ver tentait de s’échapper de sa bouche entrouverte. Sous l’impulsion de cette sensation agréable, elle lâcha des soupirs de contentement. Son cœur juvénile d’apprentie sorcière ne laissa aucune illusion au fugitif. Elle le ravala goulûment avant de reprendre son fabuleux sourire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :