« Été provençal »

Continuons notre série de récits « Ici et maintenant « avec celui imaginé par Anne qui nous transporte en Provence ! Bonne découverte !

Jeu d’écriture # 1 – Le descriptif

De part et d’autres d’une longue table en chêne robuste, se répartissaient deux bancs tout aussi massifs. Sur cette table, posé sur un dessous de plat en céramique aux couleurs provençales, siégeait un grand vase bleu en verre soufflé. Quelques tournesols y puisaient encore de quoi affronter la chaleur estivale. 

Face à l’imposante table, je voyais un buffet ancien sur lequel trônait une corbeille remplie de fruits de saison qui embaumaient la pièce d’effluves de pêche et de melon. Quelques enveloppes étaient empilées sur la partie droite dont une était décachetée laissant dépasser un courrier manuscrit.

Une mouche s’était aventurée et virevoltait autour d’un bouquet de lavande situé dans un panier en osier accroché au mur. Le soleil inondait une partie de la pièce. Les bruits de grillons agrémentèrent le silence de ce début d’après-midi.

Quelques gouttes d’eau ruisselèrent d’un verre de citronnade décoré de l’agrume. 

Jeu d’écriture # 2 – Faire vivre un personnage dans le descriptif

« Y a quelqu’un ? »

J’étais rentrée par la porte-fenêtre du jardin très légèrement entrouverte.

De part et d’autres d’une longue table en chêne robuste, se répartissaient deux bancs tout aussi massifs.

« Y a quelqu’un ? »

Sur cette table, posé sur un dessous de plat en céramique aux couleurs provençales, siégeait un grand vase bleu en verre soufflé. Quelques tournesols y puisaient encore de quoi affronter la chaleur estivale. Elle devait être dans les environs, les fleurs solaires semblaient avoir été coupées le matin même.

Face à l’imposante table, je voyais un buffet ancien sur lequel trônait une corbeille remplie de fruits de saison qui embaumaient la pièce d’effluves de pêche et de melon. J’avais une irrésistible envie d’en goûter une mais je n’osais pas Quelques enveloppes étaient empilées sur la partie droite dont une était décachetée laissant dépasser un courrier manuscrit.

Mes yeux se posèrent sur le papier velin, je reconnus la lettre que j’avais écrite et envoyée depuis bientôt un mois. C’était bien ici !!!! Une mouche s’était aventurée et virevoltait autour d’un bouquet de lavande situé dans un panier en osier accroché au mur.

Ce parfum méditerranéen si longtemps occulté me bascula soudainement des décennies en arrière. Le soleil inondait une partie de la pièce. Ces couleurs, cette odeur, cette chaleur !!! Je connaissais cet endroit. Mais oui, j’étais déjà venue ici ! Il y a si longtemps !

Les bruits de grillons agrémentèrent le silence de ce début d’après-midi.

J’étais comme hypnotisée par ce goût de déjà-vu. Quelques gouttes d’eau ruisselèrent d’un verre de citronnade décoré de l’agrume. Je pris le verre, il était encore frais ou donc pouvait-elle être ?

Derrière moi, une voix bien que douce me fit sursauter : « Oui, c’est pourquoi ? »

Je me retournais. Elle était là, devant moi. Après des années de recherches !!! Moi, l’enfant abandonnée, j’avais retrouvé ma mère.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :