« Ma rencontre avec Colores »

Envie d’exotisme ? Alors, suivez Carole ! Elle va vous faire voyager, dépaysement assuré !

« Ma rencontre avec Colores »

Je suis un homme d’un certain âge. Pour tout vous dire, j’ai fait la guerre de 1939. Justin Mauduit, officier deuxième classe, onzième tranchée Nord-Est de la Marne. J’aime bien la bonne chère : la dinde farcie, le lapin aux pruneaux, le foie de veau. Je n’aime pas la compagnie, je vis seul et je ne m’ennuie jamais. J’apprécie la lecture et la pratique du vélo.

Lorsque bien repu, je termine mon dîner, souvent je m’endors sur mon canapé, devant mon poste télé, un bout de cigare au bec. Et là, je voyage…., je voyage.

Je descends le Nil en pirogue, je passe par le détroit de Gibraltar et je termine mon voyage à La Havane, un rhum à la main, trinquant à la gloire del Maestro Fidel. 

Je supporte les animaux en général, mais je déteste toutes les espèces rampantes ; les serpents, les cafards, les lézards et même les tortues. Je ne les supporte pas seulement, je dirais que j’en suis phobique.

Je sais, je n’ai aucune chance de rencontrer ce type d’animal dans mon quotidien. Je ne vis pas dans un pays à climat chaud et humide, et je voyage rarement dans des pays exotiques. Mais on ne sait jamais. A la rigueur, je les accepte sur des timbres, ils sont miniatures, je sais qu’ils ne s’y échapperont pas. Mais…, je ne suis pas à l’abri de les rencontrer sur les pages d’un magazine, sur un panneau publicitaire, ou sur l’écran d’une télévision. Je ne regarde jamais les émissions animalières, Of course ! Mais vous n’êtes pas l’abri de vous retrouver nez à nez avec un spécimen lors du journal TV. Et là, j’arrête de manger tout de suite. Je peste, je pose les couverts, je saisis la télécommande et je change im-mé-di-a-te-ment de chaîne.

J’ignore d’où vient cette détestation. Mais à force de chercher, je me suis fait une explication. Cela remonte sûrement à la guerre dans les tranchées, nous rampions à même le sol pendant des heures pour éviter de nous faire repérer et tuer par l’ennemi. Nous mangions et dormions à plat ventre pour éviter que nos genoux ne dépassent. C’est fou comment la mémoire n’oublie rien ; j’ai aujourd’hui soixante-quinze ans et je m’en souviens à chaque fois comme si c’était hier.

Je suis Colores de Mandales, le caméléon. J’habite en Amérique latine dans la forêt tropicale du Costa Rica entre la mer des Caraïbes et l’océan Pacifique.

Je partage mon territoire avec d’autres animaux : des fourmis, des sangliers, des serpents, etc. Moi, je suis un être solitaire. J’aime rester dans mon coin et je n’aime pas qu’on me remarque. Je n’aime pas non plus les singes, ils vont de branche en branche, me sautent sur le dos, et me piétinent. Mon point fort est le pigment coloré sous ma peau qui me permet de changer de couleurs. Ainsi je vois sans être vu, et j’en vois des choses !

L’autre jour, j’étais posé sur un arbre, lorsque je vis arriver un groupe de bipèdes. J’ai l’habitude, mais je me méfie toujours d’eux. Des fois que l’un d’eux me mette dans son sac et me transporte au bout du bout du monde, en Sibérie par exemple. Vous vous imaginez le voyage ? Mais je vais trépasser dans l’avion ! Et ma vie là-bas ! Dans un zoo mal chauffé ou dans un laboratoire ! Mieux en formol dans le salon d’une famille en mal d’exotisme !

Vite ! Je me concentre et je prends la couleur marron bois de la branche de l’arbre sur laquelle je me prélassais. Je fais corps à corps avec elle, ma queue s’enroulant en deux tours. Le groupe avance et s’arrête au niveau de mon arbre. Un bipède femelle en retrait regarde mon arbre, le montre du doigt, elle débite. « Blablabla… blou blou blou blou. »

Je me concentre, je tends l’oreille…YES!!! Je reconnais cette langue ; c’est du charabia.

« Vous avez devant vous un spécimen rare. C’est un arbre des forêts tropicales, il mesure 80 m de haut, fait 50 cm de circonférence, il supporte les grandes chaleurs, les cyclones et les pluies diluviennes. Celui-ci doit avoir au moins 200 ans, il était déjà là du temps de nos ancêtres, les Amérindiens. il faut éviter de le toucher, car des champignons usent son écorce et le rendent fragile… »

Elle continuait sa présentation. Je fixais l’arbre lorsque mes yeux détectèrent une lumière dans les branchages. C’est étrange, me disais-je.

Je décidais de m’en m’approcher. Je fis trois pas en avant et je vis deux lumières sortir de gros globules. Mais ce sont les yeux d’un animal!

Au premier coup d’œil, je ne distinguai pas son corps. Et à force de le fixer, je vis son corps apparaître, lové sur la branche, sa longue queue l’entourant de quatre tours. Mais c’est un caméléon ! Il ferma les yeux, puis les ouvrit, les ferma de nouveau et les ouvrit. Ensuite, il fit tourner chaque œil dans un sens contraire à plusieurs reprises. Il allait vite ! J’étais en joie, le spectacle était magnifique. Puis, il me fit un clin d’œil une fois, puis une deuxième fois. Il était bluffant ! Je le fixais. Je lui fis un super avec mon pouce, j’étais en admiration devant cet animal. J’attendais de voir ce qu’il allait encore me dire mais il n’ouvrit plus les yeux, ne les tourna plus.

Lorsque subitement, il sortit la langue, la déroula et à toute vitesse attrapa un insecte qui était devant lui. Il la ramena dans sa gueule et ferma les yeux. J’étais scotché. Il n’y avait plus personne à côté de moi, le groupe était parti. Je courus pour le rattraper.

====

Au sujet de l’illustration

Dans la série  » Protection de la nature », ce timbre, émis en 1971, attire l’attention sur un animal en voie de disparition, le caméléon de l’île de la Réunion, dont la présence a été signalée pour la première fois par Cuvier en 1829.

L’émission de ce timbre devait aider à la réhabilitation de cet espèce en voie d’extinction.

Dessin et Gravure : Pierrette LAMBERT

Copyright : Musée de la Poste

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :