« Géraldine »

Rendez-vous aux fins fonds des Pyrénées avec une nouvelle histoire fantastique, signée Francine. Bonne lecture !

« Géraldine »

Bonjour à tous, je suis un chercheur en biologie dans un grand laboratoire pharmaceutique reconnu mondialement. J’habite la capitale des Gaules, Lyon. J’adore vivre dans cette ville, entre montagne, ville et vallée. Je fais plusieurs sports de plein air ; skis alpins en hiver, skis nautique en été, vélo avec ma bande de copains pour des week-end de détente. Lors de nos balades sur les routes de notre belle région, ce que je redoute le plus, c’est les chiens. Ils courent derrière nous, ils aboient, sautent dans tous les sens. Ils arrivent parfois à nous faire tomber. Ah, oui, je m’appelle Ferdinand De Neuville.

Dans la forêt de Hautes-Pyrénées, je vis en liberté. Moi, l’ours venu d’un pays de l’Est. On m’a déraciné, introduit dans une région inconnue et on a doté d’un nom : Géraldine. Enfin, mais quelle idée !! J’ai aussi une puce pour que l’homme sache ce que je fais. Je n’ai plus le droit à de l’intimité. Pourtant, je me plais bien ici. Il y a des ruches pour ma gourmandise, des fruits et quelques petits moutons pour me nourrir. Mais, les bergers du coin n’apprécient pas mes petites ponctions ponctuelles dans leurs troupeaux. Alors, ils organisent des battues, ils cherchent à me chasser vers d’autres vallées. C’est pourtant pas moi qui ai voulu venir chez eux. Moi, ce que je veux c’est vivre tranquillement et peut-être avoir un camarade pour jouer et former une famille. Alors l’homme, il vient quand mon compagnon ?

J’ai une anecdote à vous raconter. Par une belle soirée d’été, je me rendais à mon coin favori de l’orée de la forêt. Là où les ruches de l’homme tout en blanc vient récolter mon miel. Ma petite faiblesse. Je fais le tour des environs pour être sûre que personne ne me dérangera lors de mon festin. Dans la clairière proche, deux morceaux de toile verte sont installés sur mon tapis d’herbe qui me sert à mes bains de soleil. Je suis très curieuse, je ne résiste pas. Je vais aller jeter un petit coup d’œil sur ces drôles de trucs. Je ne comprends pas à quoi servent ces bouts de chiffon, pourquoi c’est fermé. D’un coup de patte, je déchire et fait voler ces machins qui n’ont rien à faire sur mon territoire. Soudain, j’entends des craquements de branches, des cris, des bruits de casseroles. Un humain fait de grands gestes, saute sur ses jambes, tape une louche sur une poêle, enfin, fait tout pour me faire peur. Mais, qui a le plus peur des deux ? Je me dresse sur mes pattes arrière et je pousse un bon hurlement. Il reste pétrifié. D’autres hommes l’appellent : « Ferdinand, Ferdinand ». Il prend ses jambes à son cou et rejoint ses amis. Qui a gagné ?

A propos de l’illustration

En 2020, le Musée de La Poste commande une « fresque postale » à Ciou, peintre et illustratrice de renommée internationale (www.ciou.eu) et présente son univers, dans l’exposition temporaire « A la pointe de l’art ». Voir illustration de notre premier post d’introduction sur la série « Rencontre fantastique ».

« Fantaisie brillante » est l’une des œuvres de la collection « Black parade » que Ciou a exposé, en 2011, à la Kochxbos gallery, Pays-Bas.

Illustration : © Ciou

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :