« Surprises ! »

Aujourd’hui, Carole vous invite à un petit tour à la campagne. Son personnage principal s’ennuie, découvre, observe, attend… Bonne lecture ! 

Surprises !

Les journées de vacances chez mes grands-parents s’étiraient en longueur ; il n’y avait, pour ainsi dire, rien d’intéressant à faire pour une fillette de dix ans comme moi. Nous étions en pleine campagne, dans une ferme de village. Je m’ennuyais sérieusement depuis mon arrivée. 

Ce matin-là, je m’installais sur les escaliers de la véranda et je vis une poule s’approcher. Je la regardais avancer. Je la trouvais amusante avec sa façon de se dandiner. Elle s’était isolée de ses congénères occupées à manger des graines près du poulailler. Je la voyais se rapprocher des escaliers où je me trouvais. Elle se déplaçait gracieusement, d’un pas nonchalant, en bougeant la tête de haut en bas, laissant apparaître sa crête rouge bordeaux. Elle avançait une patte après l’autre, le buste droit, ce qui lui donnait une allure altière. Elle était dodue, et emplumée.Sa crête rouge était assortie à son plumage. Je la trouvais gracile dans son plumage bordeaux. Elle avait l’air libre et insouciante. Elle s’arrêta net, fit quelques pas en avant. J’avais l’impression qu’elle hésitait, mieux, qu’elle réfléchissait avant de se décider. Puis, elle s’arrêta, regarda devant elle et pointa son bec vers le sol. Son comportement me paraissait étrange.

– « Mais qu’est-ce qu’elle fait ? »

Je voyais de profil ses petits yeux s’ouvrir et se fermer. Elle gloussa, gloussa… 

Soudain, elle leva une de ses pattes et gratta le sol gentiment; puis, elle changea de patte et picora le sol. D’un geste rapide, elle frotta le sol de plus en plus fort.

– « Etrange ? »

Je la fixais cherchant à la cerner. Elle paraissait concentrée à la tâche, il ne me serait pas venu à l’idée de la déranger. Ça m’a l’air sérieux, pensais-je. Ses pattes envoyaient la terre vers l’arrière et faisaient monter la poussière jusqu’à faire un trou dans le sol. Alors, elle enfonça son bec dans le sol et sortit un ver de terre, un long ver de terre, qu’elle avala d’une traite.

– « Ah ! Ah ! Quelle surprise ! Je ne m’y attendais pas ! »

D’un coup, elle me parut détendue, ses plumes auparavant serrées se relâchèrent, sa crête me paraissait un peu plus tendue.

Je continuais à l’observer, curieuse de comprendre son comportement. Après cet en-cas, d’un air snob, elle me tourna le dos et se dirigea vers ses congénères. Elle avançait à grande allure, tout en caquetant, pour signifier que je devine sa satisfaction. Elle traversa la cour à petite allure et sans même s’arrêter, elle lâcha une fiente liquide par terre.

– « Ah ! Ah !… Quelle rigolote celle-là ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :